Quand on engage des travaux de rénovation, l’isolation thermique est une priorité. Mais si vous souhaitez rénover votre maison, n’oubliez pas la ventilation !

L’air d’un logement doit être renouvelé en permanence. Un air intérieur de qualité est indispensable pour assurer un habitat sain et confortable. Ouvrir les fenêtres en grand chaque jour n’est pas suffisant. Une ventilation de qualité est assurée si l’air vicié est régulièrement échangé contre de l’air neuf.

L’air intérieur est dégradé par une série de facteurs, polluants chimiques, poussières, particules, humidité, monoxyde de carbone, fumée de tabac…

Une bonne ventilation du logement est donc une nécessité vitale. La ventilation, en plus d’assainir et de renouveler l’air, permet d’éliminer les polluants, l’excès d’humidité, de combattre les risques de moisissures, et empêche le développement des acariens.

Ce qui change au 1er janvier 2018 pour la ventilation !

SI vous programmez des travaux de rénovation de votre habitat, attention ! Pour les pièces principales non ventilées, en cas d’isolation des parois ou de remplacement des baies vitrées, il sera obligatoire de créer des entrées d’air à compter du 1er janvier 2018.

L’aération nécessaire à un logement peut être assurée par la ventilation naturelle des pièces, grâce à des grilles d’aération hautes et basses ou par un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC).

Les limites de la ventilation naturelle  

Pour la très grande majorité des maisons individuelles construites par le passé, la ventilation était naturelle, sans ventilateur. S’appuyant sur le principe du tirage thermique selon lequel l’air chaud plus léger que l’air froid monte, on installait des grilles d’aération hautes et basses pour laisser l’air entrer et sortir de l’habitation.

Ce système de ventilation a plus de limites que d’avantages. La ventilation naturelle est trop soumise aux aléas climatiques. Les variations des températures et des vents sont importantes tout au long de l’année. Votre maison peut être perméable à l’air par vent faible et devenir inconfortable par grand vent.

Quand une maison est peu aérée, la qualité de l’air baisse et l’humidité augmente. Et comme vous le savez, l’excès d’humidité est responsable de l’apparition de moisissures.  A l’inverse, si un logement est trop aéré, l’air devient trop sec, et on augmente la consommation de chauffage (et ses dépenses) inutilement.

Pourquoi choisir la ventilation mécanique contrôlée ?

A l’occasion de vos travaux, le meilleur choix de ventilation à faire est celui qui vous permet d’améliorer à la fois votre confort de vie et de faire des économies d’énergie. La ventilation mécanique contrôlée répond à ces besoins. Associée à une bonne isolation, une ventilation mécanique contrôlée VMC permet d’assurer un renouvellement d’air efficace pour créer une aération permanente et modulable.

Avec une ventilation mécanique contrôlée, vous maîtrisez et contrôlez le débit du renouvellement d’air en permanence, toute l’année, dans toutes les pièces de votre maison.

Equipée d’un moteur électrique basse consommation, une ventilation mécanique contrôlée a un coût de fonctionnement très faible. La consommation d’énergie de cet équipement apparaît bien utile comparée aux dépenses de chauffage inutilement coûteuse si on laisse l’air entrer et sortir naturellement de l’habitation.

VMC simple flux ou VMC double flux

La ventilation mécanique contrôlée VMC simple flux

Il existe deux types de ventilation mécanique simple flux : autoréglable et hygroréglable.

Des entrées d’air sont placées dans les pièces principales (séjour, chambre) et des bouches d’extractions placées dans les pièces de service (cuisine, salle de bains, WC, buanderie).

Les bouches d’extraction placées au plafond ou au mur sont raccordées à des conduits qui évacuent l’air vicié à l’extérieur de l’habitation. Tous les conduits rejoignent un ventilateur qui est installé en général dans les combles de la maison.

La VMC simple flux est autoréglable quand la circulation de l’air se fait à un débit constant.

La VMC simple flux est hygroréglable quand la circulation de l’air varie en fonction de l’humidité de l’habitation. Des capteurs d’humidité sont placés sur les bouches d’extraction d’air pour ajuster le débit d’air entrant et sortant suffisant. Ce système permet de limiter les gaspillages.

Avec une ventilation VMC Hygro A, seules les bouches d’extraction sont hygroréglables. Elles s’ouvrent et se ferment en fonction de l’humidité ambiante. En installant une VMC Hygro B, les entrées d’air sont également hygroréglables.

L’installation d’une VMC simple flux en rénovation ne nécessite pas de travaux trop complexes.

La ventilation mécanique contrôlée VMC double flux

La ventilation mécanique contrôlée VMC double flux est un système de ventilation plus difficile à mettre en œuvre en rénovation. Sa pose est plus coûteuse, et elle nécessite un entretien important.

Le principe de la VMC double flux est de récupérer la chaleur de l’air vicié de l’habitation et de s’en servir pour réchauffer l’air frais de l’extérieur. Au lieu de perdre des calories, le système par VMC double flux permet de profiter de la chaleur dégagée par les appareils de cuisson ou en provenance de la salle de bain.

La VMC double flux capte l’air neuf à l’extérieur, l’épure via des filtres et l’insuffle dans les pièces de l’habitation par des diffuseurs. Au cœur du système de ventilation se trouve un échangeur thermique ou les flux d’air se croisent.

 

Une question ? Un renseignement ?

Hotline 8h-17h du lundi au vendredi

Appel direct non surtaxé

En 1 clic 24h/24

Réponse rapide assurée

Pin It on Pinterest

Share This