Du changement en ce début d’année dans le domaine de la rénovation énergétique ! Depuis le 1er janvier 2018 en effet, de nouveaux niveaux de performance thermique et énergétique s’appliquent lors de l’installation ou du remplacement des éléments des bâtiments existants.

La Réglementation Thermique sur l’existant par élément s’applique aux bâtiments existants résidentiels et tertiaires, à l’exception de la rénovation  des bâtiments résidentiels et tertiaires de plus de 1000 m² construits après 1948. La réglementation thermique définit dans ce cas un objectif de performance globale pour le bâtiment rénové.

Les exigences à respecter pour la RT Existant par élément

Lorsqu’un maître d’ouvrage décide d’installer ou de remplacer un élément d’un bâtiment, il doit installer des produits dont la performance est supérieure aux caractéristiques minimales mentionnées dans lArrêté du 22 mars 2017.

Ces exigences ont pour ambition de cibler les techniques performantes tout en tenant compte des contraintes de l’occupant, ce qui permettra, en intervenant sur suffisamment d’éléments, d’améliorer significativement la performance énergétique du bâtiment dans son ensemble.

Pour chaque élément susceptible d’être installé ou changé, lArrêté du 22 mars 2017 donne le critère de performance exigé pour le produit.

PAROIS RÉSISTANCE
thermique R
minimale
en zone H1A, H1B, H1C
RÉSISTANCE
thermique R
minimale en zone H2A, H2B, H2C, H2D
et zone H3,
à une altitude
supérieure
à 800 mètres
RÉSISTANCE
thermique R
minimale en zone H3,
à une altitude
inférieure
à 800 mètres
Murs en contact avec l’extérieur et rampants de toitures de pente supérieure à 60° 2.9 2.9 2.2
Murs en contact avec un volume non chauffé 2
Toitures terrasses 3.3

Cas d’adaptation possibles

La résistance thermique minimale peut être réduite jusqu’à 3 m2. K/ W dans les cas suivants :
-l’épaisseur d’isolation implique un changement des huisseries, ou un relèvement des garde-corps ou des équipements techniques ;
-ou l’épaisseur d’isolation ne permet plus le respect des hauteurs minimales d’évacuation des eaux pluviales et des relevés ;
-ou l’épaisseur d’isolation et le type d’isolant utilisé implique un dépassement des limites de charges admissibles de la structure.

Planchers de combles perdus 4.8
Rampants de toiture de pente inférieure 60° 4.4 4.3 4
Cas d’adaptation possibles

En zone H1, la résistance thermique minimale peut être réduite jusqu’à 4 m2K/ W lorsque, dans les locaux à usage d’habitation, les travaux d’isolation entraînent une diminution de la surface habitable des locaux concernés supérieure à 5 % en raison de l’épaisseur de l’isolant.

Planchers bas donnant sur local non chauffé ou extérieur 2.7 2.7 2.1
Cas d’adaptation possibles

La résistance thermique minimale peut être diminuée à 2.1 m2. K/ W pour adapter l’épaisseur d’isolant nécessaire à la hauteur libre disponible si celle-ci est limitée par une autre exigence réglementaire.

Source : Legifrance « Arrêté du 22 mars 2017 modifiant l’arrêté du 3 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments existants »

Une question ? Un renseignement ?

Hotline 8h-17h du lundi au vendredi

Appel direct non surtaxé

En 1 clic 24h/24

Réponse rapide assurée

Pin It on Pinterest

Share This